Au sein de leur association l'As du bi-cycle, 12 collégiens de Béthune viennent de lancer un atelier de vélo solidaire. Rencontre avec ces jeunes entrepreneurs en herbe !

Qui êtes-vous ?

Nous sommes 12 élèves de l'option DP3 du collège George Sand de Béthune.
Au sein de notre association l'As du Bi-cycle, nous avons crée un atelier solidaire dont le but est d'aider les propriétaires à entretenir et à réparer leurs 2 roues.

Comment avez-vous été aidé ?

Nous avons bénéficié d'un accompagnement collectif.
Pour tout ce qui se rattache au domaine de l'économie sociale et solidaire nous avons pu bénéficier des appuis et conseils de Karine Vercoutre (chargée de mission à la communauté d'agglomération d'Artois Comm). Alexandre Dupont (BGE Hauts de France Béthune) nous a lui accompagné sur le plan enquête et montage d'une entreprise. Enfin, Fabrice Thuilliez et Magalie Duquesne sont les professeurs qui nous encadrent tout au long de ce projet.

Comment est organisé votre atelier l'As du bi-cyle ?

Nous entretenons les vélos des usagers et nous les récupérons également pour réutilisation des pièces. Le montant de l'adhésion à l'atelier est de 2 euros. Les consommables sont payants mais au tarif minimum. Des personnes extérieures peuvent venir sans être membre mais l'accès à l'atelier est de 1 euro.
En plus de cette activité, nous voulons organiser des actions autour du vélo pour favoriser ce moyen de transport (action avec la prévention routière).
Nous voulons également récupérer des objets jetés pour les transformer (drift trike, meuble à base de palettes, boîte aux lettres relookée...)

A qui s’adresse vos actions ?

Cette année, principalement aux élèves du collège.

Pourquoi vous faites cela ?

Pour souligner l'importance du faire ensemble et de ne pas jeter mais plutôt réparer, réutiliser pour protéger l'environnement (planète du logo et symboles du recyclage).

Qu’est-ce qui vous plaît dans votre activité ?

La responsabilité, la découverte des fonctions dans l'organisation de l'association, les compétences à développer (nous allons visiter les lycées des environs pour découvrir les formations).

Pensez-vous continuer ? Qu’en retiendrez-vous ?

L'association a été créée pour durer et certains resteront dans l'asso.

Cela vous donne-t-il envie d’être un jour créateur de votre activité professionnelle ?

Avec la BGE, nous avons vu qu'avec de la volonté, des compétences et un peu de chances tout est possible !