C’est parfois plus simple de faire son étude de marché et son business plan tranquillement derrière son écran, mais souvent plus compliqué d’aller défendre en quelques mots, quelques minutes et sans grand support, son projet devant un partenaire ou un investisseur potentiel. Avant de monter sur le ring, il faudra donc vous entraîner. Votre coach idéal ? Papy ou mamie…

Le meilleur auditoire possible

Vous avez déjà écrit tout votre projet de création d’entreprise et vous sentez plus que béton sur l’argumentaire ? Attention, il vous reste pourtant une étape clé : le vendre. Et le vendre, cela signifie vous préparer au public le moins convaincu et le moins facile qui soit.

Votre meilleur témoin et votre meilleur coach ne sera ni votre copain banquier ou en étude d’ingénierie commerciale, mais plutôt un quidam à qui vous n’auriez pas forcément pensé : pépé ou mémé ! Profitez d’un dimanche classique avec repas de famille interminable dans le contrat pour réaliser votre vraie simulation.

Avant d’attaquer le gigot, prenez un peu de temps pour tester votre capacité à présenter simplement votre projet et vos idées à vos grands-parents. Car il n’y a pas plus instructive et plus objective comme cible qu’un ancien qui a priori ne connaît pas grand-chose au jeu de la concurrence dans le monde actuel de l’entreprenariat et qui souvent ne manquera pas de poser des questions aussi naïves qu’essentielles.

Vulgariser son projet !

L’idée est donc de tester votre pouvoir de séduction et de conviction sur un public pas forcément préparé et disposé. En clair, vous savez très bien que vous ne capterez pas votre aïeul un long dimanche de ripailles en lui lançant un : « Dis-moi mémé, pour des bons plans conso, on lance une appli universelle qui marche sur iOS et Androïd, ça te parle, t’en penses quoi ? ».

Non, vous devrez faire l’effort, un, d’établir une connexion avec votre interlocuteur, le rendre disponible, deux, de traduire dans ses termes et dans le vocabulaire qui est le sien votre projet. Ce qui pourrait donner quelque chose du genre :

« Dis-moi mémé, tout le monde aujourd’hui utilise son téléphone pour tout. Imagine que tu puisses très facilement, en peu de manipulation, et sans grande connaissance avec l’informatique, connaître l’endroit où tu pourras demain lundi acheter 5kg de pommes de terre nouvelles au meilleur prix dans un rayon de 5 km. Et qu’en plus on te dise si tu peux y aller en bus et à quel arrêt descendre. Tu trouverais ça intéressant ? Oui ? Alors, laisse-moi t’expliquer ce que je propose… ».

Papy fait de la résistance ?

Si mémé vous dit qu’elle n’a pas bien compris, que c’est gentil d’avoir parlé avec elle mais qu’elle doit s’occuper du gigot qu’il faut sortir du four, alors inquiétez-vous. Idem, si papy vous répond : « c’est un truc pour les jeunes, ça doit être bien… On reprend un Porto ? ».

Mais si au contraire votre grand-mère s’intéresse, comprend et pose des questions du genre « et ça me coûterait combien ? Et ça marche ici au village ? », bref si elle se dit qu’elle est persuadée de pouvoir utiliser ce service, alors vous avez réussi l’épreuve et êtes prêt pour votre levée de fond ou votre demande de soutien.

Ne reste plus qu’à passer à table.

Source: