Le Prix « PEPITE - Tremplin Entrepreneuriat Étudiant », dont la première édition s’est déroulée cette année, a vocation à encourager la création d’entreprises par les étudiants et jeunes diplômés. Au niveau national, 50 lauréats ont été récompensés parmi plus de 400 candidatures présentées. Anne-Sophie Tricart, pour Paradis Blanc.com, et Gauthier Mouveaux, pour le projet Kust, sont les deux lauréats du Nord-Pas de Calais. Retour avec eux sur leur envie d’entreprendre et leurs projets respectifs.

Paradis Blanc.com : Un mémorial pour préserver le souvenir des disparus.

Pourquoi avoir participé à ce concours ?

Au moment de la candidature au Tremplin Entrepreneuriat Étudiant, nous étions en plein développement de notre projet. Alors évidemment, la dotation financière à la clé nous intéressait ! Mais participer au Tremplin Entrepreneuriat Étudiant nous a également permis de rencontrer d’autres personnes, de confronter notre projet à un regard extérieur et d’agrandir notre réseau.

Pouvez-nous nous présenter votre entreprise ?

Paradis Blanc.comest un réseau social qui propose de créer en ligne un mémorial, se présentant comme un mini site web et dans lequel la famille, les amis, les collègues, peuvent partager des souvenirs, des photos, des vidéos… Des inconnus peuvent également laisser des messages de soutien ou encore allumer une « bougie virtuelle ». Loin d’être un endroit lugubre, la vocation de Paradis Blanc.com est d’évoquer les moments heureux, de se concentrer sur les souvenirs positifs. Nous souhaitions un espace respectueux. Il n’y a donc par exemple pas de publicité.

Comment vous est venue l’idée ?

J’ai perdu mon père il y a 3 ans. Je me suis retrouvée seule, sans forcément d’autres personnes dans la même situation que moi avec qui partager. Durant mon Master en Management des Entreprises, j’ai eu l’opportunité de choisir l’option « Création d’entreprise ». Mon conjoint – Cédric Marchal -travaillait déjà sur l’idée de Paradis Blanc.com, j’ai souhaité m’associer à lui pour lancer le projet. Cédric a conçu le site web et s’occupe du marketing et de la communication. De mon côté, je prends en charge les aspects commerciaux, financiers, administratifs… Nous nous complétons bien.

Où en êtes-vous aujourd’hui de votre projet ?

Nous sommes chez Tonic Incubationdepuis juin 2013. C’est d’ailleurs Franck Arnold, le Directeur, qui nous a parlé du Tremplin Entrepreneuriat Étudiant. Notre projet étant désormais lancé, nous allons quitter l’incubateur afin de voler de nos propres ailes ! J’ai également repris en parallèle une licence de Psychologie, afin de mieux comprendre les attentes et les besoins des personnes qui viennent sur notre site, et être à même de répondre de la manière la plus adéquate aux mails que nous recevons. Notre objectif désormais est de faire connaître Paradis Blanc.com auprès des hôpitaux, des associations, des fleuristes… qui à leur tour pourront parler de nous. Nous allons également lancer la version mobile du site.

KUST, des chaussures sur mesure pour diabétiques par impression 3D

C’est une idée originale. Comment vous est-elle venue ?

Je suis podologue de formation, j’ai mon cabinet à Croix. Dans le cadre de mon métier, je suis amené à soigner des diabétiques. Il faut savoir que les personnes souffrant de cette pathologie ont des problèmes de cicatrisation et de sensibilité. Un diabétique a tendance à spontanément développer de petites plaies aux pieds qui risquent de s’infecter et de dégénérer en nécrose. Cela peut aller jusqu’à l’amputation. Dès lors la prévention de l'apparition de plaies passe par un chaussant intégrant un volume adapté au pied de la personne et étant constitué de matériaux adaptés. Je m’intéresse aux nouvelles technologies, et j’ai eu cette idée d’une chaussure réalisée en impression 3D, qui permet de réaliser, à partir d’un scan du pied en 3D, une chaussure prenant en compte les caractéristiques du pied et de proposer un produit plus précis et moins cher.

Où en êtes-vous de ce projet ?

Notre projetdemande énormément de recherche et développement, et beaucoup d’investissement. Il est en cours de développement, mais cela va demander du temps. En parallèle, je suis en train de mettre au point un second produit, qui devrait être commercialisé en 2015. Mais il est encore un peu tôt pour en parler.

Que vous a amené la participation à ce concours ?

Il est certain que tout s’est accéléré grâce à ce concours. Cela m’a également permis d’entrer en contact avec mes futurs associés qui ont souhaité s’associer au projet. Je bénéficie donc désormais d’une dynamique de groupe très précieuse. Nous sommes incubés chez Transalley, à Valenciennes depuis 3 mois, et nous sommes en phase de création d’entreprise.

Source: La suite dans les idées