Le dispositif est peu connu et pourtant ses bienfaits s’avèrent incontestables. Le programme Erasmus pour jeunes entrepreneurs vise à aider les jeunes créateurs ou futurs créateurs d’entreprise à consolider leurs compétences par l’intermédiaire d’un hébergement dans une entreprise située à l’étranger. Depuis 2009, ce dispositif a généré plus de 2500 échanges qui ont impliqué au total 5000 nouveaux entrepreneurs.

En ces temps d’économie anémique, l’esprit d’entreprendre se présente naturellement comme l’une des planches de salut. Mais si créer son entreprise demande confiance et audace, cela exige aussi un éventail de compétences et d’expériences le plus large possible. C’est dans cette perspective que le programme Erasmus pour jeunes entrepreneurstrouve tout son sens. Créé en 2008 et opérationnel depuis 2009, ce dispositif a permis de faire bouger en Union européenne près de 5000 nouveaux entrepreneurs. Décodage d’un véritable booster de l’entrepreneuriat à la sauce européenne…

# C’est quoi ?

Le programme permet à des jeunes ou futurs entrepreneurs d’aller suivre un stage de formation auprès d’un patron de PME confirmé. L’échange peut durer d’un à six mois, période pendant laquelle le nouvel entrepreneur perçoit une indemnité qui peut aller de 500 à 1100 euros par mois en fonction du pays d‘accueil (ex : 530€ pour un stage en Albanie, 900€ pour l’Italie, 1100 pour la Norvège…). C’est l’occasion d’acquérir de nouveaux savoirs ou de consolider ses compétences. L’élargissement ou la constitution d’un réseau de partenaires et/ou de clients constitue évidemment l’un des autres atouts plébiscité par les candidats à la création d’entreprise.

# C’est pour qui ?

Cela s’adresse aux jeunes, aux étudiants, mais pas seulement. Le programme se définit comme très ouvert. Il suffit d’être européen, d’être un jeune créateur d’entreprise (moins de 3 ans) ou d’avoir une réelle volonté de créer une activité. Les entrepreneurs hôtes sont pour leur part choisis pour leur expérience ou leur réussite. Il peut s’agir de PME, mais aussi de TPE voire de micro entreprises.

56% des nouveaux entrepreneurs augmentent leur chiffre d’affaires

# Ça marche ?

Au même titre que les ex-Erasmus jouissent au près des employeurs d’une indiscutable bonne image et présente des progressions de carrière sensiblement supérieures à la moyenne « non Erasmus », l’expérience acquise à l’étranger pour les jeunes créateurs d’entreprise se présente elle aussi comme une étape désormais presqu’indispensable. Selon le rapport de la Commission Européenne de 2014 sur le programme, 36% des nouveaux entrepreneurs (NE) ont effectivement créé leur entreprise. Il ressort par ailleurs de cette étude que les stagiaires comme les hôtes en récoltent les bénéfices d’un point de purement comptable : 56% des NE et 54% des patrons accueillants ont augmenté leur chiffre d’affaire à la suite d’un échange. 65% des hôtes ont même étendu leur activité à l’étranger à la suite d’un échange.

# J’appelle où ?

On peut bien entendu se tourner vers le site officiel ( http://www.erasmus-entrepreneurs.eu/) et constituer sa candidature en ligne. Les formulaires sont assez faciles d’accès. L’autre solution peut aussi consister à se tourner vers l’Association pour le Développement des Initiatives Citoyennes et Européennes (ADICE) installée à Roubaix et qui se charge d’accompagner tous les candidats à l’aventure entrepreneuriale en Europe. Contacts ADICE : www.adice.asso.fr/ 03 20 11 22 68

Sources :