Guillaume Ongenae est actuellement en 3 ème année d'étude à HEI Lille (Hautes Etudes d'Ingénieur). Il est le nouveau président de l’association étudiante Cré'HEI. Objectif : faire découvrir l'entrepreneuriat aux étudiants.

Vous êtes président de Cré’HEI depuis un mois. Quelle est votre mission ?

Nous cherchons à faire connaître le plaisir d’entreprendre aux étudiants : par des salons, des conférences, des rencontres avec des chefs d’entreprises ou de jeunes startups. Je souhaiterais aussi étoffer la page Facebooket surtout le site internet, avec une partie blog et une partie réseau où les membres peuvent échanger des conseils et des idées. Nous organisons aussi « les soirées du créateur » pour donner envie d’entreprendre.

Vous encouragez les étudiants à participer à Start-Up week-end Lille qui aura lieu pendant 54 heures, l es 21, 22 et 23 novembre à EuraTechnologies. L’ambiance est studieuse ?

C’est une formidable occasion de goûter à ce plaisir d’entreprendre. Pendant trois jours, les participants relèvent le défi de créer leur produit, en partant de l’idée et en allant jusqu’à la conception. Ils constituent des équipes, préparent un budget et peuvent même concevoir un prototype ! Et pourquoi pas trouver son futur associé et/ou une idée business géniale !

Certains élèves sont ils encore intimidés par la création d’entreprise ? Pourquoi ?

Parmi les étudiants, certains ne se sentent pas concernés, et pourtant ils ont des tonnes d’idées. Mais l’entreprise, ça leur paraît loin. D’autres se freinent car ils pensent qu’il faut de l’argent ou qu’ils seront seuls. Mais nous sommes là pour leur dire de ne pas rester bloqués avec ces préjugés : quand on est tout entier mobilisé vers un projet, on trouve des soutiens auprès de la famille ou de sa banque. On peut aussi solliciter de l’aide auprès d’associations comme la nôtre, ou bien auprès des incubateurs, de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI), etc…

Et ce qui vous anime, vous ?

Créer une entreprise, c’est mener une équipe, et voir que l’on suscite le respect de ses collaborateurs. A mesure que le projet avance, on voit la reconnaissance de ses équipiers. C’est super de se lever chaque jour en se disant « ce que je fais a de la valeur pour moi et pour les autres». Je ne dis pas que c’est facile, mais c’est intéressant, et d’une certaine façon, le stress est excitant.

Quel regard portent les entrepreneurs sur les étudiants qui tentent l’expérience ?

C’est toujours positif ! Même si finalement le produit n’est pas sorti, on peut montrer qu’on a mis toutes les étapes en place, qu’on a fait fructifier son idée. On ajoute des compétences. Et sur le plan personnel, on atteint des objectifs, ce n’est que du bonheur !

Sources :

La suite dans les idées HEI