Savez-vous ce qu'est le corps européen de solidarité ? Retour sur cette nouvelle initiative lancée par la Commission européenne

Le corps européen de solidarité (CES)

Le corps européen de solidarité (CES), officiellement lancé par la Commission européenne le 7 décembre 2016, est une nouvelle initiatives à destination de jeunes européens volontaires pour venir en appui à une organisation non-gouvernementale (ONG), une autorité locale ou une entreprise privée œuvrant pour gérer des situations difficiles dans l'ensemble de l’Union européenne. Concrètement, il pourra s’agir par exemple d’aider à la reconstruction d’un lieu sinistré ou de participer à des actions de lutte contre la pauvreté, de protection de l’environnement ou encore d’accueil des réfugiés.

Qui peut participer au CES ?

Le CES est ouvert à tous les résidents de l’UE âgés de 18 à 30 ans.

Fonctionnement du dispositif 

  1. Inscription obligatoire sur le portail dédié. Les jeunes devront affirmer leur engagement solidaire par le biais d’une charte des valeurs européennes. Ils préciseront le type de mission souhaitée (thématique et formule : volontariat, stage, emploi) et les pays de destination.
  2. Les organisations éligibles demandent une accréditation et signe également une charte. Elles proposent ensuite aux candidats une mission en tantqu’employé, stagiaire ou volontaire, uniquement pour un projet « solidaire », en fonction de leur profil.
  3. Les volontaires pourront être envoyés dans chacun des pays membres de l’Union européenne en fonction des besoins et des préférences qu’ils auront exprimées, pour des missions d’une durée de deux mois à un an.

Financement des missions

  • Apprentis, stagiaires, salariés : une rémunération ou une indemnité sera fixée par un contrat de travail.
  • Volontaires : les dépenses liées à leur participation seront couvertes par une subvention attribuée via le dispositif du service volontaire européen, et qui sera versée à l’organisation concernée. Il bénéficiera également d’argent de poche dont le montant variera en fonction de l’Etat où le volontariat sera effectué.  

Dans les deux cas, un financement des déplacements transfrontaliers et des dépenses quotidiennes est possible via des dispositifs existants, comme la Garantie jeunesse. Le CES reposera donc sur les programmes professionnels et de volontariat pour la jeunesse qui existent déjà au sein de l’Union européenne. Il ne dispose pas de financements en propre. L’objectif consiste également à mobiliser les réseaux nationaux et européens d’offres d’emploi et d’éducation.

Pour en savoir plus : https://europa.eu/youth/solidarity/mission_fr