Le volontariat international, de quoi parle-t-on au juste ? Réponse ci-dessous !

Le volontariat en quelques mots...

Le volontariat consiste à s'engager sur un projet en tant que bénévole, aussi bien dans son pays de résidence qu’à l’international afin de participer au développement d'une association locale. Les volontaires choisissent un projet qui leur tient à cœur et décident d’accorder un peu de leur temps pour participer à des activités données visant à soutenir et développer ce projet. Le volontariat ou bénévolat est une activité non rémunérée, qui repose sur la motivation et l’engagement du citoyen décidant de s’impliquer dans une cause ou un projet. Cette activité bénéficie à la fois aux bénévoles car elle leur permet de rencontrer des personnes qui partagent les mêmes centres d’intérêt et idées qu’eux, d’apprendre à se connaître eux-mêmes et de se sentir utile. Mais en outre, elle permet à de nombreux projets, groupements ou associations de fonctionner. Que ce soit pour une école des devoirs, un projet de protection animale dans un pays d’Amérique du Sud ou une association de défense des droits des migrants, on retrouve des bénévoles un peu partout !

Quels sont les différents types de volontariat que l’on peut réaliser ?

Le bénévolat n’a pas de limite, on peut échanger et soutenir n’importe quel type d’initiative. En effet, il y a autant de types de volontariat qu’il existe d’associations, de secteurs et de projets. Ces derniers sont dès lors multiples et peuvent aller de l'animation à la protection de l'environnement en passant par la « permaculture », la protection animale, les arts ou encore la rénovation. L'objectif est d'aller à la rencontre de l’autre, d’une autre culture et d’une autre vision du monde afin de promouvoir une société plus égalitaire. Concernant la durée, à l’international, il existe deux types de volontariat : on peut soit partir 1, 2 ou 3 semaines, il s’agit là d’un volontariat de type court ou chantier de volontariat. Mais on peut également partir plusieurs mois, jusqu’à un an. De manière locale, on parle aussi de chantiers de volontariat. Mais il est aussi possible de soutenir, par exemple, une association de manière ponctuelle, une ou deux fois la semaine/le mois. Au final, la longueur du volontariat dépend vraiment du temps que le bénévole souhaite accorder au projet ou à l’association qui lui plaît.

Une expérience unique

Partir en volontariat permet d'apprendre plein de choses, qui diffèrent parfois selon le pays ou le projet auquel on a participé mais en règle générale, ça permet d'avoir une nouvelle perspective sur le monde et de rencontrer tous types de cultures. Le volontaire s'immerge dans la culture locale en apprenant un nouveau mode de vie : communication, nourriture, rituels, coutumes, etc. Dans le cadre de chantiers internationaux, on rencontre aussi des gens de partout dans le monde ! Cette expérience vous fera redécouvrir sa propre culture et de la mettre en perspective, mais également d’en apprendre beaucoup sur soi. Le volontariat permet d’acquérir les valeurs de tolérance et d'ouverture au monde, aux autres. Que ce soit à l’international ou localement, un bénévolat c’est une expérience unique qui bouscule nos horizons et nos perspectives.

Uniquement pour les jeunes en quête d’expériences nouvelles ?

Non ! Le volontariat ne s'adresse pas qu'aux jeunes en quête d'expériences nouvelles parce que les motivations qui poussent les volontaires, qu’importe leur âge, à s'engager sont aussi diverses que variées. Certains sont attirés par le projet qui est proposé, afin de s'accomplir sur le plan du développement personnel ou de l’entraide. D’autres par la destination et la multiculturalité qu'elle sous-entend. Ce n'est donc pas forcément, même si ça peut l'être, la nouveauté de l'expérience qui pousse le volontaire à s'engager mais bien les buts inhérents à chaque projet. Le volontariat n’a pas d’âge et c’est bien ça qui fait sa force ! Seule la motivation compte lorsqu’on est bénévole, c’est pourquoi il est tout à fait possible de trouver des volontaires de 7 à 77 ans (et même plus !).

Est-ce qu’on est obligé de partir longtemps et loin de son « chez-soi » ?

Non, il n'est pas nécessaire de partir loin. Encore une fois, le plus important est de déterminer les motivations du volontaire. S'il cherche la confrontation avec des cultures assez différentes, dans ce cas, une destination plus lointaine sera privilégiée mais si la motivation est plutôt liée au projet de volontariat en lui-même, le bénévole peut très bien partir en Europe car elle regorge de projets passionnants. L’Europe est tellement variée et multiculturelle, que même si un bénévole choisit de partir deux semaine en Allemagne pour un projet agricole ou artistique, il en apprendra énormément sur lui-même et en sera enrichi parce qu’il aura été confronté à un nouvel environnement et de nouvelles personnes. Il n’est pas nécessaire de partir à l’autre bout du monde pour vivre à fond un volontariat, parfois il suffit de rester dans son pays ou de faire quelques kilomètres, franchir une frontière pour être complètement dépaysé, en apprendre beaucoup sur soi et sur l’autre.

Est-ce que les volontaires ont du mal à s’acclimater à une culture différente de la leur ?

Cela peut arriver. Si un volontaire qui n’a jamais voyagé ou participé à un projet de bénévolat part à l’autre bout du monde au sein d’une culture et d’une langue qui lui sont complètement étrangères, alors il connaîtra sans doute un gros choc culturel. C’est pourquoi, avant de partir en volontariat, il faut essayer d’en apprendre le plus possible sur le pays dans lequel on va aller. De plus, il faut être conscient des différences entre sa propre culture et l’autre, parce qu’au final nous sommes différents ! Au début, même lorsqu’on est bien préparé, il est possible d’avoir besoin d’un temps d’adaptation dans un autre pays parce que la théorie ne vaut pas la pratique, et on ne peut jamais être assez prêt avant de découvrir une nouvelle culture. Je pense que le secret est de garder un esprit ouvert et d’être positif afin de nous épanouir le plus possible et de ressortir enrichi d’un projet de bénévolat !

Pensez-vous qu’une fois que l’on a réalisé un projet de volontariat, nous sommes plus enclins à entreprendre d’autres projets (associatif, entrepreneurial…) ?

Oui, je le pense car un projet de volontariat implique de s'organiser, de parfois partir à l’autre bout du monde et surtout comporte toute une série de démarches qui obligent le volontaire (surtout s'il est jeune) à se prendre en charge et à s'assumer. Ainsi, quand le volontaire est de retour, il a accumulé toute une série d'expériences et d'états d'esprit qui ne pourront qu'être bénéfiques pour s'investir dans l'associatif ou tout autre projet d’entrepreneuriat. Je pense que lorsqu’on devient bénévole, on le reste. Il ne s’agit pas de participer à un projet au Pérou et de rentrer une semaine plus tard pour reprendre notre vie où on l’avait laissée avant de partir. Lorsqu’on touche au volontariat, on acquiert une nouvelle façon de penser et d’agir, on est davantage tourné vers l’autre, à l’écoute et prêt à soutenir une initiative qui nous plaît. Il ne suffit que de se lancer et garder à l’esprit qu’une expérience de volontariat est tellement enrichissante en tous points que lorsqu’on y a goûté, on a envie de toucher à plein d’autres projets !

Merci au Service Volontaire International d'avoir répondu à nos questions, plus d'infos sur leur site ici et retrouvez-les à Lille le 12 octobre avec le CRIJ Nord-Pas de Calais.