Le 20 octobre dernier a été lancée par Unis Cité la deuxième édition du programme Rêve et Réalise. Créé en 2013, celui-ci a pour vocation d’encourager les jeunes à créer leur propre projet solidaire en intégrant une ruche « d’innovateurs sociaux ». Ce sont 16 jeunes et 11 projets qui sont aujourd’hui accompagnés. L’occasion de revenir sur les ambitions de ce programme et d’en dresser un premier bilan.

« Favoriser la prise d’initiative par la jeunesse »

Tel est le mot d’ordre de Sarah Rousseau, coordinatrice du programme « Rêve et Réalise » chez Unis Cité : « Pour nous il s’agit d’amener les jeunes à s’engager de manière différente. Non plus en s’impliquant dans des projets que l’on aura montés nous-même, mais en créant et en développant leur propre projet. » Une prise d’initiative proche de l’entrepreneuriat car si les jeunes n’ont pas pour but de créer leur entreprise, ils font appel aux mêmes compétences, passent par les mêmes questionnements et les mêmes étapes.

Seule règle : les projets doivent avoir un impact social ou environnemental majeur. Aider les femmes atteintes du cancer à reprendre confiance en elles grâce à la photographie ; sensibiliser les jeunes à la solidarité internationale ; lutter contre les préjugés sur la population Rom sont autant d’exemples de projets portés par la nouvelle promotion de Rêve et Réalise.

Rêve et Réalise, c’est pour qui ? Il suffit d’avoir moins de 26 ans, une idée de projet solidaire, et d’être motivé. Le programme est accessible à tous, quel que soit le niveau de diplôme ou le parcours. Pour un même projet, il est possible de candidater seul ou par équipe de 2 ou 3.

Entre accompagnement et entraide

Pour mener à bien leur projet, les volontaires bénéficient de formations collectives au montage de projet. Des formations qui sont ensuite étayées par des entretiens individuels afin de suivre les jeunes à chaque étape de leur projet, mais aussi de les accompagner sur leur projet d’avenir. L’accent est également porté sur l’entraide : « On veut développer un véritable esprit de promotion au sein de Rêve et Réalise, et surtout éviter que chacun reste dans son coin, déclare Sarah Rousseau. On encourage donc les volontaires à s’entraider et à devenir co-accompagnateur de projets. Dans cette optique, on a décidé cette année de les faire travailler sur un projet collectif. Ce ne sont donc pas 11 mais 12 projets qui seront développés au total ».

Enfin, chaque projet est parrainé par un acteur du réseau de l’économie sociale et solidaire qui mettra son expérience et son expertise au service d’un volontaire. Une ouverture au réseau qu’ Unis Citéaimerait développer, notamment à travers un mécénat de compétences pour la formation des volontaires.

Des projets qui survivent à Rêve et Réalise

Si la plupart des jeunes repartent en formation à la fin du programme, ils n’abandonnent pas leur projet pour autant. Certains survivent : « On a deux volontaires qui travaillaient sur l’engagement des personnes en situation de handicap et qui avaient établi un partenariat avec un foyer de vie participant régulièrement à des animations en maison de retraite. Aujourd’hui, ce partenariat continue même si les jeunes ne sont plus en charge du projet », explique Sarah Rousseau. Sur les 15 projets développés l’an dernier, trois ont ainsi été repris par les partenaires.

Certains volontaires poursuivent par ailleurs leur action en tant que bénévoles, tandis que les autres gardent leur projet en sommeil : « Nombreux sont ceux qui nous disent vouloir revenir sur leur projet dans quelques années, lorsqu’ils auront fini de se former. Les projets ne s’arrêtent donc jamais complètement. » Ces projets leur auront également permis de développer leur esprit d’entreprise : « être passé par une expérience comme la nôtre fera que ces jeunes seront beaucoup plus capables lorsqu’il s’agira de monter leur entreprise, parce qu’ils auront levé certains freins».

Liens utiles :

www.uniscite.fr/antenne/lille

www.reve-realise.fr

Sources :

La suite dans les idées Unis-Cité Antenne Lille