Nous sommes dans une région où l’accompagnement est l’un des plus importants de France, aides et conseils sont souvent gratuits

Benoit Mignot

Quel est ton parcours universitaire ?

J’ai d’abord obtenu une licence en droit obtenue en 2012 spécialisée en droit commercial. J’ai également pris une année sabbatique, où j’ai créé une première entreprise dans l’événementiel et où j’ai travaillé comme animateur. En 2014, j’ai obtenu une licence professionnelle dans les métiers de la cohésion sociale. Désormais je suis en master développement local, économie sociale et solidaire.

Quel est ton projet, activité ?

Mon projet est une société coopérative d’intérêt collectif à responsabilité limitée (SARL-SCIC) œuvrant dans la restauration rapide de qualité, le Buffet engagé. Un fonctionnement basé sur la restauration rapide, mais au lieu de frites et hamburgers, une cuisine traditionnelle réalisée avec des produits locaux. Le projet est également social avec l’objectif de devenir une entreprise d’insertion et lieu de promotion des artistes locaux.

Comment t’es venu l’idée de ce projet ?

L’idée de base est née d’un manque, lorsqu’on travaille on a le choix entre le sandwich, des plats industriels, les plats fait maison mais en finissant à 20h je n’avais pas le temps de cuisiner ou encore un restaurant mais où il faut payer entre 15 et 20€.

As-tu été suivi et pré accompagné par une structure au sein de ton université dédiée aux étudiants ? (hubhouse, association…)

En réalité, j’ai eu le parcours inverse j’ai fait mon stage de master 1 au sein de la BGE de Caudry, où j’étais à mi-temps sur mon projet, mi-temps sur les missions propre au stage (accompagnement, formation…) J’ai seulement rejoins le hubhouse en cours d’année où je me suis fait conventionné, par la suite j’ai demandé le statut d’étudiant-entrepreneur afin de pouvoir consacrer mon stage à la création d’entreprise à 100%

En quoi l’accompagnement a-t-il été bénéfique ?

Je voulais créer pour les valeurs et l’envie d’un projet social plus que par compétence dans la restauration, donc l’ensemble de l’accompagnement a été bénéfique pour les conseils en gestion, l’étude de marché, le statut juridique et le réseau.

Comment ton entourage a-t-il réagit ?

Je suis quelqu’un qui peut débarquer du jour au lendemain dans un lieu inconnu et se débrouiller comme chez lui, donc il n’y a pas eu d’inquiétude.

Un conseil pour ceux qui hésiteraient encore à se lancer ?

Nous sommes dans une région où l’accompagnement est l’un des plus importants de France, aides et conseils sont souvent gratuits, de plus nous pouvons tester notre projet dans des couveuses comme à la BGE et à Petit Pas par exemple. Nous avons des lieux d’accueils pour les projets, donc allez-y au mieux ça marche, au pire vous développerez votre réseau et vos compétences en gestion.